7) Octobre : Journées de l’architecture

150 150 Maltae

En Octobre, MALTAE a participé aux journées nationales de l’architecture en organisant sur le littoral en PACA, les visites de trois réalisations emblématiques d’architecture moderne : la villa d’Eilen Gray et le cabanon de Le Corbusier, le village du Merlier de l’Atelier de Montrouge


Cabanon de Le Corbusier

Le 6 octobre, co organisée avec l’association OCTOPUS de La Croix Valmer, plus d’une trentaine de personnes ont pu découvrir le site du Cap Martin, autour du cabanon de Le Corbusier, construit en 1952 et de la villa d’Eileen Gray et Jean Badovici.  Devenu site du Conservatoire du Littoral, l’ensemble des bâtiments visitables regroupe également l’atelier de le Corbusier, le restaurant de l’Etoile de Mer de Jean Rebutato et les Unités de Camping que le Corbusier offrit à ce dernier en 1957, tous ces édifices inscrits ou classés aux MH (Monuments historiques).

Ce cabanon de 16 m 2, érigé au titre de monument de l’architecture, et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, comme les unités de camping sont de vrais repères pour le débat on ne peut plus actuel de l’habitabilité minimale d’une unité d’habitation : de quoi alimenter la réflexion des jeunes élèves du projet Erasmus qui vont avoir à s’interroger sur « comment habiter ensemble demain autrement » !!

On ne se lasse passe d’admirer les trésors d’ingéniosité, comme le volet intérieur, mobile et à miroir et les détails qui font que Architecture et art, Architecture et mobilier, Architecture et paysage ne font qu’un.

Léger bémol à la visite, comparée à celle que MALTAE avait organisé en 2012 : le plaisir d’entrer à l’intérieur même du cabanon n’ a pas été au rendez-vous, mais ce manque a largement été   compensé par la visite de la villa d’Eileen Gray, alors en travaux et désormais restaurée et ouverte au public.

Cette visite fut suivie le 13 octobre d’un atelier à Ramatuelle à la rencontre de deux projets exemplaires conçus à 50 ans de distance : Le Village du Merlier, une opération de l’Atelier de Montrouge, située en bord de mer et classée au patrimoine du XXème siècle et le nouvel Eco-hameau des Combes-Jauffret, conçu par l’Agence François Vieillecroze et de nombreux bureaux d’études. Ce dernier projet, porté par la municipalité depuis 13 ans, offre depuis juin une centaine de logements accessibles dont une quarantaine de logements sociaux, performance à saluer dans le golfe de Saint-Tropez. L’architecture a permis de faire débat chez les participants : derrière des façades qui pourraient paraitre un peu trop traditionnelles au gout de certains, les bâtiments ont répondu à toutes les exigences environnementales d’aujourd’hui. La mise en miroir dans la même visite du village du Merlier et du hameau des Combes-Jauffret s’est avérée une véritable leçon d’architecture pour le grand public, co animée par Jean Louis Pacitto et Guy Martin.

Cet atelier a clôturé la démarche de recherche-action intitulée « Vers des Territoires économes exemplaires, dessiner collectivement pour Hyères et ses environs le futur résilient d’un territoire confronté au changement climatique », démarche initiée lors des journées du patrimoine de 2017 avec l’atelier « Terres brulées », de prise de connaissance du paysage littoral des Maures, après les incendies de l’été. Chaque mois, depuis septembre un atelier a décliné un thème dans une visite de terrain spécifique : en juin sur la Côte des Maures, de Bormes au Lavandou, et en juillet, à Carqueiranne, sur les restanques du Canebas (voir article atelier du paysage). Cette recherche action fera l’objet d’une publication dans les prochaines « Chroniques maltaesiennes ».

Les ateliers d’architecture se poursuivront avec une réédition dans l’hiver de la visite des œuvres de l’équipe Aubert-Lefevre à Bormes et au Lavandou et en novembre, avec un voyage de 25 personnes à la clôture de la biennale d’architecture de Venise. (voir article « Biennale d’architecture de Venise »)