Réveiller les livres de Maltae : le catalogue de l’exposition “Patrimoine industriel entre terre et mer”

150 150 Maltae

“Patrimoine industriel entre terre et mer, pour un réseau européen d’écomusées“

catalogue de l’exposition itinérante.

Le projet européen est illustré par une exposition itinérante présentée sur quelques unes des zones particulièrement sensibles des rivages de notre Europe, là où le contrat entre mers intérieures et sol continental s’établit par l’intermédiaire de lagunes, de deltas, de rades, de baies ou d’archipels. L’écomusée organise d’une façon rationnelle les ressources de l’archéologie industrielle et le réseau des musées de la culture matérielle, à partir d’une régie commune, située dans le centre d’interprétation. Il ouvrira ses portes – ou ses horizons- à toutes celles et à tous ceux qui ont le désir de comprendre où ils vivent et comment s’est constitué leur cadre de vie, et par suite de nouer avec ce dernier une relation de confort psychologique.

Extrait du catalogue, Venise.

Histoire

« Venise est enchâssée dans la lagune, où la terre et la mer s’entremêlent d’une façon inextricable, sous l’action constante de l’homme qui, depuis toujours, s’efforce d’en contrôler le fragile équilibre. L’histoire de l’évolution de la ligne de démarcation entre la terre et l’eau nous est racontée par un patrimoine iconographique énorme. Vaste est le territoire qui engendre I’ « écotone » de la lagune : il s’étend des Alpes au golfe adriatique.

L’histoire de la lagune est indissociable de la rationalisation progressive des échanges entre les eaux de la lagune, celles du bassin et celles de la mer, afin d’en apaiser les effets destructeurs – ceux des inondations fluviales et de celles de la mer – et de consolider, autour des frontières complexes de la terre et de la mer, la vie quotidienne et la production industrielle et artisanale.

La stratification des transformations du territoire peut se résumer dans les deux contextes exceptionnels  que sont !’Arsenal et Porto Marghera,…»

Patrimoine

« Les technologies mises au point à !’Arsenal d’abord, à Porto Marghera plus tard, ont été des forces    d’entraînement du développement de l’ensemble de la zone lagunaire. On peut considérer !’Arsenal comme la première usine au monde : dès le XVIe siècle une chaîne de montage proto-industrielle permettait d’assembler une galère par jour. La spécialisation des ateliers et des technologies en a fait une ressource extraordinaire pour la Sérénissime, qui a construit la trame de ses échanges commerciaux au moyen des galères fabriquées à !’Arsenal. Venise a assuré la modernisation de sa capa cité de production autour de la lagune en « inventant » Porto Marghera, qui depuis les années 1920 est le principal port industriel du Nord-Est, et où, aujourd’hui encore, se construisent les plus grands paquebots du monde… »

Projet

« Aujourd’hui sont en cours de réalisation des travaux complexes d’infrastructuration de  la  lagune qui sont comparables, du point de vue des implications pour l’environnement et des coûts, aux détournements de fleuves du XVIe siècle ou aux assèchements. Ces projets de redéfinition de la limite complexe entre terre et eau s’accompagnent de l’approfondissement des conditions morphologiques internes, ainsi que de la constitution de nouveaux réseaux culturels impliquant les provinces voisines, la Méditerranée et le système littoral européen. Le débat culturel autour de ces thèmes constitue également un patrimoine de l”Ecomusée.

L’Arsenal et Porto Marghera sont les lieux de développement potentiel où se trouve remise en jeu la capacité de Venise de regarder vers un futur fondé sur une multiplicité de productions, culturelles et industrielles. L’extraordinaire patrimoine monumental de !’Arsenal, après des années de sous-utilisation et de détérioration, est en cours de restructuration, et l’on a identifié l’ensemble des activités artisanales, de production culturelle et de recherche qui l’animeront dans un proche avenir. A Porto Marghera une transformation radicale des fonctions est en cours, ainsi que des infrastructures : ainsi sont en voie de réalisation de nouveaux ponts, l’agrandissement du parc scientifique et technologique et l’endiguement des zones polluées… »

Problématiques

« Les problématiques relatives à l’exploitation du patrimoine culturel de la lagune sont par dessus tout liées à la

« surexposition » de la zone de San Marco, qui entre en conflit avec la vie quotidienne des habitants de la ville et avec la sauvegarde du patrimoine. La « muséalisation » de la ville est un sujet de débats enflammés, et à l’évidence l’hypothèse de !’Ecomusée se présente comme un instrument de détournement du flux touristique en direction de destinations sous-utilisées et décentralisées. La présence de l’industrie n’est pas seulement source de richesse du patrimoine de l’archéologie industrielle, mais aussi facteur de risque pour l’environnement. Le débat culturel et les stratégies permettant de contenir le risque constituent également un patrimoine pour !’Ecomusée.

L’Arsenal  était  l’unique lieu  entouré de murs, destinés à en protéger les technologies d’avant-garde, un lieu où une unique fonction productive accueillait la complexité de toute une filière. Les bâtiments étaient des plans inclinés vers la lagune, un espace intermédiaire entre la terre et l’eau. Désormais il n’est plus  possible  de  prendre en compte une activité unique ; les murs deviendront perméables et  les activités seront pour la plupart  de nature terrestre, mais à la dégradation se substituera rapidement une utilisation compatible. Porto Marghera est l’unique port  industriel  au monde qui ne soit pas directement en façade sur la mer ou sur l’embouchure d’un fleuve, mais sur un écosystème lagunaire fragile. Aujourd’hui l’industrie chimique engendre un conflit qui n’est plus acceptable avec cette fragilité de l’environnement lagunaire, mais d’autres productions demeurent compatibles ;  ainsi les chantiers navals, qui restent aux premiers rangs mondiaux pour les grands navires de croisière, ou celles qui suivent de près le secteur du tertiaire de pointe… »