« L’eau dans la ville et les paysages méditerranéens » Rencontres de Volubilis, les 25 et 26 novembre à Avignon

Les 14èmes Rencontres euro-méditerranéennes, biennale et point d’orgue d’une réflexion choisie par le Conseil scientifique de Volubilis en 2019, et déclinée depuis en différentes actions : Ateliers in situ, Entretiens citoyens, Conférences Femmes et Paysage en Méditerranée, Parcours urbain, etc. donneront lieu à un temps de partage et de discussions à destination des professionnels et du grand public, les 24, 25 et 26 novembre 2021.

Pendant 3 jours oeuvres artistiques et préoccupations scientifiques entreront en résonance au travers de performances, expositions, spectacles et installations qui ponctuent les conférences et débats et susciteront des réflexions originales entre des mondes trop souvent séparés. Scientifiques, techniciens, élus et artistes présentent leurs réflexions, expériencesréalisations et projets innovants qui émergent dans les territoires et dont les enseignements sont précieux à tous.

L’eau est une ressource rare, précieuse et fragile, inégalement répartie sur terre. Les pays méditerranéens font partie de ces espaces où les contraintes climatiques rigoureuses imposent le « sec » plutôt que « l’humide ».

Les 14èmes Rencontres euro-méditerranéennes, biennale et point d’orgue d’une réflexion choisie par le Conseil scientifique de Volubilis en 2019, et déclinée depuis en différentes actions : Ateliers in situ, Entretiens citoyens, Conférences Femmes et Paysage en Méditerranée, Parcours urbain, etc. donneront lieu à un temps de partage et de discussions à destination des professionnels et du grand public, les 24, 25 et 26 novembre 2021.

Pendant 3 jours oeuvres artistiques et préoccupations scientifiques entreront en résonance au travers de performances, expositions, spectacles et installations qui ponctuent les conférences et débats et susciteront des réflexions originales entre des mondes trop souvent séparés. Scientifiques, techniciens, élus et artistes présentent leurs réflexions, expériencesréalisations et projets innovants qui émergent dans les territoires et dont les enseignements sont précieux à tous.

L’eau est une ressource rare, précieuse et fragile, inégalement répartie sur terre. Les pays méditerranéens font partie de ces espaces où les contraintes climatiques rigoureuses imposent le « sec » plutôt que « l’humide ».

Différentes questions y seront abordées. Usages humains et changement climatique se cumulent avec des conséquences considérables sur l’environnement, soit sur le cycle de l’eau à travers le milieu, avec la dégradation des terres, l’épuisement des nappes par forages, le ruissellement et l’érosion par imperméabilisation des sols, soit sur la qualité de la ressource par les multiples pollutions.

La Méditerranée, cette route d’échanges qui a permis l’émergence de la civilisation méditerranéenne, est dans un état de surexploitation et de pollution extrême (un demi-milliard d’habitants riverains en 2025). Va-t-elle bientôt devenir la plus grande mer morte du monde ?

Dans cette forte hypothèse de rareté de l’eau et d’augmentation des prélèvements, comment gérer, sans conflits, les concurrences entre les différents usages ?

Des pistes se dessinent dans différentes régions du pourtour méditerranéen :

  • pour conserver et accroître les ressources hydriques par une gestion intégrée des bassins versants, incluant les eaux de surface et souterraines, les écosystèmes et les sols.
  • pour trouver des formes non conventionnelles d’approvisionnement en eau, par des économies circulaires : réutilisation des eaux pluviales et de drainage ; recyclage des eaux urbaines et industrielles…

Et, dans ces milieux arides, l’eau a été un élément essentiel d’artificialisation et d’organisation des paysages. Ces aménagements représentent un « patrimoine culturel de l’eau » remarquable.

Sur tous ces sujets, lorsque demain l’eau devra être partagée, l’approche paysagère peut-elle redonner un sens et une vraie valeur à sa présence dans le quotidien de nos territoires ?

Les fondements éthiques de la question de l’eau seront à la base de nos travaux : l’eau est un patrimoine commun de l’humanité, qui fait partie de la sécurité alimentaire et de la « justice sociale de l’eau » qui vise à favoriser une distribution équitable des ressources en eau et à maintenir le cycle de l’eau.

Une nouvelle culture de l’eau, en phase avec ces exigences éthiques, est-elle en train d’advenir suivant les principes cardinaux d’universalité, d’égalité et de solidarité ?

programme : https://www.volubilis.org/actions/les-rencontres-et-entretiens/

Programme_Rencontres_Detaille.pdf (volubilis.org)